Une très belle interprétation par une autiste, mais aussi une vidéo pédagogique!

Mon intérêt pour la beauté musicale de la voix humaine et le fait que la chanteuse soit autiste m’ont incité à regarder cette vidéo. En la visionnant, je trouvais qu’elle ferait tellement une bonne vidéo de conscientisation à l’autisme.
Comme le but de la vidéo n’était pas de parler de l’autisme, rien n’est faussé, adapté ou modifié pour refléter une vision.
1-La chanson et l’autisme
Il n’y a aucun lien entre la chanson et l’autisme. Ce n’est pas une capacité exceptionnelle de la jeune fille. Par contre, l’autisme joue sûrement un rôle dans l’interprétation et l’oreille parfaite de la fille. Sa capacité autistique de percevoir les détails l’aide à chanter la bonne note.
2-Le langage non-verbal
Comparez la chanteuse et la chorale. La chanteuse a une position statique durant toute la vidéo. Les camarades de la chorale bougent, regardent partout, bâillent, bougent leurs bras etc.
La position de la chanteuse est sûrement une demande du chef de la chorale et elle est respectée à la lettre.
Que préférez-vous, la chanteuse stoïque nous invitant à nous concentrer sur sa voix et les paroles ou la chorale agitée nous distrayant des moments forts du refrain? (Je sais, ma formulation n’est pas impartiale, mais cela illustre bien que « lacune non-verbale » reprochée aux autistes n’est qu’un choix de « spécialistes » neurotypiques)
3-L’émotion
En écoutant plusieurs variantes de Hallelujah, interprétée par des dizaines de chanteurs et groupes, il serait possible d’affirmer que cette version manque d’émotion. L’interprétation est d’une justesse incroyable, mais « peu touchante » comparer à d’autres versions.
Rien n’est plus faux! Ce manque d’émotion est seulement dû à une utilisation inadéquate des moyens de communication neurotypique. Mes formations en théâtre m’ont appris que pour faire ressentir une émotion il faut la vivre, Il ne faut pas la dire et pour vivre une émotion, il faut l’incarner. Cette incarnation passe par le non-verbal. La preuve, lorsque vous décrivez une émotion, vous parlez du langage corporel et extrêmement rarement, des mots utilisés par la personne dans cet état émotif.
Son interprétation est chargée d’émotions. D’émotions propres à elle et qu’elle ne veut pas imposer aux autres. La charge émotive est propre à chaque personne, surtout avec un texte aussi ambivalent sur les sujets de l’amour, de la religion et de la sexualité. Elle chante pour elle et espère faire vivre des émotions aux autres, peu importe lesquelles.
4-Le contact visuel
Il est difficile de l’affirmer sans aucun doute à cause des angles de caméra, mais je doute que cette autiste ait un contact visuel lors de discussion avec d’autres personnes.
Et alors? Son interprétation est-elle moins bonne? Êtes-vous déçu de la vidéo? Pourtant le contact visuel, comme norme sociale, devrait être d’autant plus important pour une vidéo pouvant rejoindre des milliers de personne comparativement à une discussion en vis à vis avec elle…
Le paradoxe de cette situation serait sûrement d’utiliser des techniques d’intervention pour qu’elle « acquière » ce contact visuel.
Svp, laissons les autistes être ce qu’ils sont, ils ne sont pas moins capables d’émouvoir une société!

Correction et révision: Claude Filion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s