Foire aux questions #2 – Pourquoi un blog?

Pourquoi : Comme je l’ai dit dans mon premier statut, je fais mes publications dans le but, je l’espère, d’abolir certains préjugés à l’égard des autistes. Cependant, dans ma conception, cela dépasse grandement les simples stéréotypes. J’espère qu’un jour, plusieurs autres autistes, comme moi et certains dont Michelle Dawnson et Antoine Ouellet, s’afficheront fièrement comme autiste. Ceci est un état de fait et non une maladie. Je suis fière d’être autiste tout comme être papa, marié, québécois, coordonnateur….

Étrangement, un paradoxe existe par rapport aux « handicapés » dans la société. Une admiration quasi illimitée existe par rapport aux « handicapés » physiques, qui réalisent toutes les activités dictées par la norme et encore plus, si ceux-ci dépassent les limites « normales ». Cette admiration est très compréhensible étant donné les contraintes supplémentaires qu’ils doivent surmonter.

Aucunement mon idée de dénigrer ou de rabaisser ces « handicapés » et leurs efforts. Mais qu’en est-il de cette admiration envers les « handicapés » mentaux? Pensez seulement à ces personnes déficientes intellectuelles,souffrant d’une dépression ou d’un syndrome de stress posttraumatique. Combien d’entrevous travaillent avec des collègues schizophrènes, bipolaires, autistes, personnalités limites etc.? Comparativement, combien d’entrevous ont un collègue qui arrive avec la gueule de bois tous les vendredis matins, qui a une libido sur développée, qui a déjà donné une « fessée »? Ceux-ci respectent les normes sociales, aucune honte à s’afficher ouvertement.

Pourquoi alors les « handicapés » mentaux doivent-ils se cacher? Pourquoi sont-ils pris en pitié? Donnons leurs des services pour qu’ils puissent vivre le plus « fonctionnellement » possible en fonction de leurs limites et contraintes et tant mieux si ceux-ci arrivent à être des citoyens impliqués et indépendants des services de santé. Après tout, c’est la moindre des choses que chaque personne s’investisse pour devenir indépendante de l’État. Alors que pour les handicapés « mentaux » une obligation existe, une admiration se substitue à celle-ci lorsque le « handicap» est physique.

Je comprends parfaitement cette vision. Alors que les « handicaps » mentaux sont invisibles, il est difficile de cacher un « handicap » physique. De plus, chaque personne peut facilement s’imaginer vivre avec tel ou tel « handicap» physique et percevoir les contraintes.

Pour les « handicapés » mentaux, le monde de l’invisible règne. L’invisibilité aux sens, mais aussi à la raison. Des contraintes? Ça doit, sinon pourquoi se sont des « handicapés »!

Malheureusement, nous, « handicapés » mentaux devons garder la pierre et accepter que cet état d’invisibilité soit de notre responsabilité. Tant et aussi longtemps que nous cacherons notre état, que la honte et la crainte seront associées à notre état, jamais le mur de l’inconnaissance, de l’ignorance ne pourra s’écrouler pour faire place à une porte ouverte vers les personnes « normales ».

Je m’affiche donc ouvertement dans l’espoir, d’être un des maçons, qui contribueront à enlever une ou quelques briques de ce mur pour créer un petit trou de souris, qui peut-être un jour, fera place à une porte, une porte patio, une arche, une allée, un chemin, une route, une autoroute…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s